Invitation au Comité National le 14 octobre

Dans un article publié en 2007, Denis Kessler, alors vice-président du Medef, écrivait : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance. »

Dix ans plus tard, c’est Emmanuel Macron qui prend sa plume : « Le consensus politique fondé en 1945 est caduc. Ces structures ne sont plus adaptées. »

Ainsi les choses sont claires. Avec énormément d’arrogance, le nouveau président annonce la couleur. Il entend poursuivre et aller jusqu’au bout de la politique mise en œuvre par ses prédécesseurs. Sans perdre de temps, il a d’ailleurs commencé avec les ordonnances sur le Code du travail. Celles-ci s’inscrivent et aggravent la logique de la loi El Khomri voulue par François Hollande et déjà Emmanuel Macron…

Mais nous savons que le gouvernement n’a pas l’intention d’en rester là ! Son prochain « chantier » vise l’assurance chômage, avant de s’attaquer aux retraites. Dans le même temps, il s’en prend aux fonctionnaires (blocage de la valeur du point d’indice, réintroduction du jour de carence, réduction des budgets, diminution drastique des emplois aidés, etc.) et il annonce de nouvelles privatisations. Le transfert au secteur privé des contrôles de vitesse constitue un exemple symbolique.

Face à cette politique, la classe ouvrière et la jeunesse cherchent la voie de la résistance. Cette volonté s’est exprimée dans la rue, en particulier en 2016 par les grèves et manifestations contre la loi travail.

Certes, malgré l’ampleur de la mobilisation, la loi El Khomri n’a pas été abrogée, mais ce n’est pas le fruit du hasard si, à l’occasion des primaires, tous les sortants, les Hollande, Valls et Sarkozy ont été disqualifiés et que tous les partis institutionnels, qui ont depuis des décennies mis en œuvre cette politique réactionnaire, ont été défaits et se trouvent aujourd’hui en pleine décomposition.

À l’occasion de l’élection présidentielle, quelle que soit la position des uns et des autres, le vaste regroupement qui s’est opéré au premier tour autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, conjugué au raz de marée d’abstentions et de votes blancs au second tour, expriment également le rejet de cette politique. Il faut rappeler qu’au premier tour, celui qui se veut Jupiter n’a obtenu que 18 % des inscrits et que même au second tour, et ce, malgré la présence de Marine Le Pen, il n’obtient que 43 % des inscrits…

Nous sommes donc fondés à affirmer que ce président et son gouvernement sont particulièrement faibles. Et, si nous savons que la lutte des classes et la démocratie ne sauraient se résumer à la question électorale, sur ce strict plan, ils sont même purement et simplement minoritaires. Et pourtant, nous savons qu’ils ont bien l’intention
de continuer leurs basses œuvres.

Alors, il est urgent d’organiser la résistance.

Le 25 mars 2017, six cents militants délégués de comités locaux appartenant à différentes organisations syndicales et politiques, des élus, ont décidé de constituer un « Comité national de résistance et de reconquête » pour la défense des conquêtes arrachées en 1936 et 1945.

Il ne s’agit pas bien sûr de se substituer aux organisations syndicales ou politiques auxquelles chacun adhère librement.

Notre objectif est simplement de contribuer au regroupement des forces nécessaires afin d’arracher la victoire.

Réunion samedi 14 octobre de 10h30 à 16h30 à Paris.

Paris, le 8 septembre 2017,

La tribune de la conférence du 25 mars 2017 « COMITÉ NATIONAL DE RÉSISTANCE ET DE RECONQUÊTE » pour la défense des conquêtes arrachées en 1936 et 1945

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :